Les racines japonaises du JJB

Le Jiu-Jitsu brésilien, séduit les pratiquants de tous âges et de tous horizons depuis des décennies. Son enseignement à pour but : l’autodéfense, l’amélioration de la condition physique, la socialisation, le soulagement du stress et le plaisir. Le JJB est récemment devenu populaire grâce aux compétitions d’arts martiaux mixtes tels que l’UFC avec de nombreux combattants qui en sont issus.

L’histoire du Jiu-jitsu brésilien commence au Japon, où une première forme de Jiu-Jitsu a été développée pour être utilisée sur le champ de bataille par les samouraïs japonais. Ces guerriers, qui se sont livrés à des batailles armées à cheval, ont développé le Jiu-Jitsu comme arme de défense au cas où ils se retrouveraient désarmés au sol. Cependant, l’armure lourde portée par les samouraïs restreignait leur mobilité, rendant les étranglements, les « verrouillages articulaires » et les projections préférables aux techniques de frappe. Au fil du temps, le Jiu-Jitsu japonais s’est diversifié dans un certain nombre de styles différents, mettant l’accent sur une efficacité maximale et un effort minimal.

Jigoro Kano et la création du Judo

En 1882, Jigoro Kano, un étudiant de Jiu-Jitsu japonais traditionnel, a fondé une école d’arts martiaux qui allait devenir le Kodokan. Au Kodokan, Kano a enseigné aux élèves ce qu’il considérait comme les techniques les plus efficaces du Jiu-Jitsu japonais. Un aspect unique de l’art de Kano, qui finirait par être connu sous le nom de Judo. Il privilégiait la pratique sous forme de combat en direct, également connu sous le nom de randori. Grâce à ce type d’entraînements, les étudiants de Kano ont pu expérimenter les projections, les renversements, des “clefs articulaires” et des techniques “d’étranglement”. Environ 30 ans après la fondation du judo, c’est un voyage au Brésil par l’un des  meilleurs étudiants de Kano qui aboutira à la création de l’art de combat le plus efficace au monde.

Mitsuyo Maeda et la famille Gracie

Mitsuyo Maeda a commencé sa formation au Kodokan en 1894, devenant finalement l’un des meilleurs étudiants de Kano. Bien qu’il était très fort en projection, la spécialité de Maeda était le combat au sol appelé “Newaza”. En 1914, Maeda s’est rendu au Brésil, où il s’est lié d’amitié avec un homme d’affaires nommé Gastão Gracie. Sur la demande Gastão, Maeda accepte d’enseigné les technique du Jiu-jitsu à son fils. Un adolescent du nom de Carlos Gracie. Carlos a étudié le style de judo basé sur le Newaza de Maeda pendant plusieurs années avec ce dernier ainsi que Donato Pires Dos Reis qui fût le seul élève de Maeda à avoir le droit d’enseigné. Partageant finalement ses connaissances avec ses jeunes frères. Un de ses frères, Hélio, a eu du mal à exécuter les techniques de judo en raison de sa petite taille et de son manque de force. Par conséquent, il a commencé à ajuster les techniques de judo qu’il avait apprises. À pratiqué jusqu’à ce qu’elles puissent être appliquées par n’importe qui, quelle que soit leur taille ou leur force. C’est à partir de ces innovations que Jiu-jitsu brésilien “moderne” est né.

La famille Gracie

Au fil des années, la famille Gracie a testé et amélioré “l’Arte suave” (en Portugais), en participant à des défis entre les pratiquants d’autres arts martiaux. Les Gracie perdent rarement. L’art du JJB continue d’évoluer, incorporant finalement des aspects de la lutte libre et d’autres arts du combat de “préhension”. Cependant, le JJB resterait relativement inconnu en dehors du Brésil jusqu’à ce que le fils d’Hélio, Rorion, immigre aux États-Unis pour diffuser l’art du Jiu-jitsu brésilien. Une décision qui changera à jamais la façon dont le monde connaissait “l’art du combat”.

Rorion Gracie est arrivé aux États-Unis à la fin des années 1970. Il a pour but d’exposer le public à l’art de sa famille depuis la fondation de JJB. Avec un ami, ils ont créer un tournoi d’arts martiaux. Ce championnat, qu’ils ont nommé l’Ultimate Fighting Championship (UFC), avait peu de règles et opposait les artistes martiaux de diverses disciplines dans le but de savoir lequel était le plus efficace. Un tournoi en une soirée avec des combats éliminatoires et un seul champion.

Royce Gracie et “L’Ultimate fight championships”

Le premier UFC a eu lieu en 1993. Rorion a nommé son jeune frère, Royce, comme représentant du Jiu-jitsu brésilien dans le tournoi. Il pensait que Royce, avec sa corpulence élancée et son apparence fragile, était la personne idéale pour montré au monde, l’efficacité de JJB. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé! Au cours du tournoi, Royce a dominé adversaire après adversaire laissant les spectateurs sous le choc. Tout le monde s’attendait à ce que le Brésilien au kimono blanc soit facilement battu. Finalement il remporte le tournoi! Pour beaucoup, la victoire de Royce était une révélation, il était vraiment possible de vaincre des adversaires plus grands et plus forts en utilisant les techniques de Jiu-jitsu et l’effet de levier. Royce a continué de gagner les événements de l’UFC et les artistes martiaux du monde entier ont commencé à pratiquer “l’Arte suave”. Après plusieurs siècles de développement, la révolution Jiu-jitsu brésilien avait commencé.

Au MMA Camp Brazil, nous proposons des stages intensifs pour la pratique de MMA et de Jiu-jitsu brésilien. Profitez de notre camp d’entraînement à São-Paulo pour venir découvrir l’essence de cet art martial. Dans le pays où il est né. Les stages sont ouverts à tous quelque soit votre niveau de pratique vous êtes la bienvenue. Réservez dès maintenant votre stage de MMA et Jiu-jitsu brésilien dans une des meilleure équipe du Brésil. Oss